Mathilde Laroque

Performeuse, artiste chorégraphique et médiatrice culturelle

Formée en France en danse classique dès l’âge de 5 ans (Nancy), puis en danse contemporaine (Paris et Marseille) avec notamment Peter Goss, Serge Ricci, Frey Faust, Thierry Baë et Luis Ayet, elle intègre la formation professionnelle Exerce en 2003, au Centre Chorégraphique National de Montpellier, dirigé alors par Mathilde Monnier. À la sortie, elle est invitée à participer à la création 40 espontaneos de La Ribot (Londres) et Stand de Claudia Triozzi (Paris). Elle complète sa formation en improvisation auprès de Benoît Lachambre (Montréal) et Lisa Nelson, Mark Tompkins, Georges Appaix entre autres. Toutes ces rencontres l’attirent vers le milieu de la performance. Elle se tourne aussi vers des pratiques complémentaires comme le Yoga, la méthode Feldenkraïs et le théâtre. Enfin son parcours de formation est marqué par des études de biologie (IUT Nancy-Brabois, 1998-2000) et médiation culturelle (Centre Bruxellois d’Action Interculturelle 2006-2008 et Université d’Aix Marseille 2013).

Mathilde a développé ainsi un intérêt pour le corps, le mouvement, le dialogue et l’écriture. Sa recherche artistique questionne la place du spectateur, l’espace de la représentation et le corps comme interface entre soi et le monde.

Depuis 2003 et jusqu’à aujourd’hui, elle développe des projets chorégraphiques en immersion (plage, brasserie désaffectée, gare, station de tram, église, jardins, hôpitaux, crèches) et crée des performances tout en côtoyant le monde des arts plastiques et des arts visuels. Elle est modèle en sculpture pour Lucie Sentjens pendant deux ans (2005-2006), où elle expérimente la plasticité du corps et une présence dans un temps et un espace suspendu, ce qui influencera plus tard son esthétique.

Elle propose parallèlement des espaces de pratiques et de réflexion autour de la danse, à travers différents ateliers pour enfants et adultes. Elle signe également des articles dans le Journal Nouvelle de danse, notamment les n°57 (2013) et n°59 (2014), et le journal Secouez vous les idées n°102 (2015). Elle écrit « Don de Chair », un texte d’Art et Essai pour les éditions Chasseurs-Cueilleurs (2009). Travaillant onze ans au centre de documentation de Contredanse (2007-2018), elle s‘attache à l’histoire de la danse.

Elle crée “le S de l’ange” (Centre culturel Jacques Franck, Bruxelles, 2017), la mue du S (Charleroi danse, Festival Legs, Bruxelles, 2019) et « Au nom des Roses » (Manifestation contre les violences faites aux femmes, Gare Centrale à Bruxelles, 2019), en dialogue avec des archives de Vaslav Nijinski et les thèmes de la vie, la mort et la folie qu’elle traduit dans une expérience physique profonde de la suspension.

Ses créations, produites par made with heART asbl, ont une dimension transversale qui s’inscrit dans des milieux alternatifs et pluridisciplinaires, artistiques et scientifiques, militants, rencontrant ainsi plusieurs publics.

© 2019 madewithheART asbl. Tous les droits sont réservés Designed by Bicolore